Affiche du 9ème séminaire de la Deutsche Tolkien Gesellschaft (DTG),
Friedrich-Schiller-Universität, Iéna, 27-29 avril 2012

L’étude et l’expertise de l’univers de J.R.R. Tolkien, même en amateur, dépasse l’analyse stricte du lore tolkieniste. En effet, œuvre centrale de l’histoire de la fantasy, son analyse nourrit également une réflexion sur les œuvres de fiction qui lui ont succédées. Ainsi, les auteurs de fantasy contemporains, lecteurs de J.R.R. Tolkien, s’inspirent des modalités créatrices élaborées par le professeur d’Oxford.

Guide de lecture de l’œuvre de Terry Pratchett (par Krzysztof K. Kietzman)

Terry Pratchett, auteur de fantasy contemporain, considérait que « Most modern fantasy just rearranges the furniture in J.R.R. Tolkien’s attic » (« la plus grande part de la fantasy contemporaine ne fait que réarranger les meubles du grenier de J.R.R. Tolkien ») et son œuvre n’y fait pas exception. Au même titre que l’auteur du Silmarillion, celui des annales, romans et nouvelles du Disque-monde construit également un univers encyclopédique, mythologique et abouti au fil de la rédaction de plusieurs dizaines de volumes, répartis en plusieurs sous-ensembles.

Plateau de jeu de Donjons & Dragons

L’œuvre de J.R.R. Tolkien et sa création d’une véritable « mythologie » est devenue une référence dans d’autres domaines et médias. Ainsi, on peut considérer l’univers du jeu de rôle sur table Donjons & Dragons comme un développement du lore tolkieniste, développement lui-même demandé par les amateurs de la Terre du Milieu. En effet, l’univers du jeu ne semble pas avoir été directement influencé à l’origine par Le Seigneur des anneaux mais les références à J.R.R. Tolkien furent accentuées au fil des nouvelles éditions sur la demande de fans. C’est donc grâce à ces derniers que l’univers du jeu se nourrit des peuples imaginés par J.R.R. Tolkien : Elfes, Orques, Nains. Son œuvre a ensuite donné lieu à de nombreuses adaptations en JdR.

Affiches de la série American Gods, scénarisée par Neil Gaiman d’après son roman éponyme

L’univers de J.R.R. Tolkien influence également un certain nombre de productions fantastiques contemporaines dont les auteurs ont été imprégné de l’œuvre de l’auteur britannique. Ainsi, alors que le concepteur de la Terre du Milieu s’était inspiré de la mythologie germanique, et en particulier anglo-saxonne – en particulier le poème anglo-saxon Beowulf et les sagas norroises -, un auteur comme Neil Gaiman va également puiser dans le creuset des mythologies traditionnelles pour nourrir une réflexion sur les mythologies barthiennes de l’Amérique contemporaine.

Page du site d’apprentissage des langues en ligne www.duolinguo.com

L’œuvre de J.R.R. Tolkien a enfin permis la création de nouvelles attentes, de nouveaux standards de la fantasy. Ainsi, lors de la publication de Game of Thrones, les fans de la série ont demandé à George R.R. Martin la rédaction d’un dictionnaire de high Valyrian, puisque J.R.R. Tolkien avait, avant lui, posé le modèle d’une langue sur-élaborée. Au même titre que le quenya ou le klingon, le high Valyrian est donc devenu une langue fictive pouvant être apprise et parlée. C’est d’ailleurs la seule à avoir été incluse au sein des langues pouvant faire l’objet d’un apprentissage sur www.duolingo.com.

Les territoires de diffusion des cultures tolkieniennes >>