Visuel de Star Trek (www.startrek.com)

Diffusée entre 1966 et 1969, la série originale Star Trek n’est pas initialement une série populaire puisqu’elle ne se positionne qu’à la 52ème place des émissions américaines en 1967. Cependant, sa capacité à fédérer un noyau de fans justifie la création d’une troisième saison en 1969, ainsi que la réapparition régulière de nouvelles saisons et séries dérivées Star Trek : The Next Generation (1987-1994), Star Trek : Deep Space Nine (1993-1999), Star Trek : Voyager (1995-2001), Star Trek : Enterprise (2001-2005), Star Trek : Discovery (2017- ) ; sans compter les films, romans et jeux vidéo qui ont été proposés sur la base de cet univers.

Lunch-box Star Trek (www.thinkgeek.com)

L’essor du fandom de Star Trek s’explique en partie par le développement dans les années 1960 de la télévision dans les foyers américains. En effet, alors même que ce nouveau médium permettait de se familiariser avec la série, l’émergence concomitante, et d’une ampleur inédite, de structures de fans attirait l’attention de la presse qui désirait en analyser le phénomène. Cette diffusion médiatique de l’existence de communautés participa alors à la reconnaissance d’une identité commune à ceux qui s’y retrouvaient. Ainsi, c’est au travers de la télévision que les Trekkers, nom donné aux fans de Star Trek, se sont constitué une identité à part entière. Cette identité était également, et est encore actuellement entretenue par la diffusion d’un certain nombre de produits dérivés.

Star Trek: The Motion Picture (1979) (Source : Wikicommons)

Cette forme originale de fandom a également développé un certain nombre d’éléments inédits au sein de la fanfiction. C’est par exemple le cas avec Slash, un fanzine vendu et distribué lors des conventions, qui rend accessible à l’intégralité de la communauté ce nouveau phénomène d’écriture de pastiches alors limité à certains groupes. Ces pastiches, proposant des théories sur le monde canon de Star Trek fondées sur une parfaite connaissance de ses codes, permettent ainsi aux trekkers d’enrichir et d’élargir leurs connaissances du lore. C’est par ce biais qu’apparait, par exemple, la théorie faisant émerger une relation homosexuelle entre le capitaine Kirk et Spock (Kirk/Spock, d’où ce nom de « slash », la barre oblique qui fait office de trait d’union pour le nouveau couple envisagé).

Page d’accueil du projet collaboratif Memory Alpha

Les trekkers vont également développer une structuration inédite de leur expertise partagée, en tirant part des ressources numériques Memory Alpha, plateforme collaborative visant à recenser la fan-culture autour du monde de Star Trek a été créé en 2003 dans sa version originale et en 2005 dans sa version francophone. Devenue une référence encyclopédique, Memory Alpha a servi de modèle à tous les wikis dédiés aux nouveaux fandoms depuis l’apparition d’internet. Devenue incontournable pour tout trekker, cette structuration originale, se nourrissant et pouvant faire évoluer le canon de Star Trek, est d’ailleurs désormais étudiée comme telle par les spécialistes de la culture populaire.

Blu-ray de Star Trek : sans limites, réalisé par Justin Lin, 2016, treizième film de l’univers Star Trek

Les communautés de trekkers ont une influence très importante, y compris dans la survie même de l’univers. En effet, elles ont permis le maintien de Star Trek qui, depuis sa création, a été réadapté de saison en saison par des fans de la première série. Au-delà du respect de l’univers impliqué par le rapport entre des experts-amateurs et l’objet de leur attention, il est possible d’y voir une démarche évoquant de la fanfiction, légitimée par une inclusion dans le canon de la série télévisée. L’univers de Star Trek survit grâce à ses fans, qui participent au développement de la communauté.

L’importance fondamentale des conventions dans la fan culture contemporaine et comme lieu privilégié de l’expertise amateur >>